LEYANDA DEL DORADO 2019

LEYANDA DEL DORADO 2019

Colombie Juillet 2019

7 étapes - 450kms - 16000m+

Image 5

 

 

 

Départ Jeudi 25 juillet. Téthieu - Madrid en voiture avec le staff.

Pas besoin de beaucoup de radio avec Isa et Coco.

Puis Madrid - Bogota. Le vol a été retardé de deux heures. Nous ne serons pas en retard.

Dépose de la voiture. Enregistrement des bagages. 

Vol sans encombre jusqu'à Bogota.

Bagages à la consigne. Petit taxi et arrivée à l'hotel Fontibon à 23h.

Petit hotel dans quartier assez sombre.Pas grave, nous repartons dès demain matin.

Nos chemins se séparent vendredi matin. Les filles partent direction Santa Marta pour un trek de 4 jours.

Ciudad Pertida puis Cartagena.

En ce qui me concerne, je pars vers Manizales. Un peu plus d'une semaine sans voir Isa.

Je rencontre donc Domingo et ses deux compéres, pour la première fois, le vendredi 26 juillet.

Inspection du vélo. Premières bières. 

Samedi matin. Direction le centre commercial pour récupérer le dossard, le packtage etc...

Img 20190727 152703 818

Puis entraînement. Premier test. Nous partons pour 7 jours de course mais nous n'avons jamais roulé ensemble!

Uniquement comparé nos "performances" sur Strava.

Direction El Bosquet. El Bosquet est un parc aménagé pour les activités sportives. Et ce site sera le spot d'arrivée de la Leyanda.

Mais nous ne projetons pas trop loin.

La Leyanda est considérée comme une des courses les plus difficiles au monde. Les prochains jours ne feront que le confirmer.

Premier test. Traversée de Manizales. Sur la route. Et je ne suis là que depuis deux jours mais j'ai testé la conduite des Colombiens.

Il faut être accroché....Mais en vélo, nous ne sommes pas trop mal. On se faufile entre les voitures.

Petit parcours technique.Et tout le monde est rassuré. Je serai, comme d'habitude, un peu en retrait dans les descentes, mais je ne serai 

pas trop loin en montée. Voir mieux.

Demain grand départ. Nouvelle aventure.

Dimanche 28 Juillet

Prologue Manizales - La Rochela

51kms - 1544m+

Prologue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu parles d'un prologue. 54kms.

Tout est prêt sur la place principale de Manizales. C'est l'événement.

Les équipes partent pour ce prologue de 2mn en 2mn.

Les Elites Men, puis Women, les Masters, les Grands Masters, Mixtes. 250 coureurs. 125 équipes.

1 Français. 1 Belge. 1 Suisse (Sauser) Quelques Danois. Une dizaine d'espagnols et je pense que c 'est tout pour les Européens.

Nous partirons, dossards 510-1 et 510-2 à 10h12.

Fb img 1564353052830

Podium. SIgnature

.Fb img 1564441380604

En place. 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1. C'est parti. Un petit tour de la place. Quelques marches que nous franchirons à pied

(Nous avions convenu avec Domingo que nous les franchirions à pied - Un coureur a voulu les franchir en vélo et c'est remarquablement ramassé...)

Avenue principale. Nous passons devant l'hôtel. Virage à droite et nous montons vers les hauteurs de Manizales.

Le décor change radicalement. Les habitations sont beaucoup moins bien entretenues. Nous ne sommes pas encore dans des favellas, mais le 

contraste est saisissant.

C'est dimanche et de nombreux colombiens effectuent du sport dans les parcs de la ville. En haut, il y a un petit complexe, et un coach

effectue une séance de fitness. 

Fin de la montée, l'équipe qui est partie 2mn après nous, nous dépose.

Et pourtant nous roulons. Un peu trop vite d'ailleurs. C'est toujours comme cela quand nous avons un dossard. Tranquillo me dit Domingo. 

Il a raison. Il commence son travail de capitaine de route.

Virage à droite. Toujours sur la route. Fin de la montée et descente. Deux ou trois virages en épingle. 

Puis virage à droite. Petit chemin entre les maisons. Première descente technique.

Descente du Colibri.

El Culo sur la roue arrière. Ventre sur la selle. Mains sur les freins. Fin de la première descente. 

Je me demande si je n'ai pas cramé mon premier jeu de plaquettes !

Traversée d'un petit rio. Et ça remonte.

Pour les profanes et les autres, j'ai changé le petit plateau. J'ai mis un 30. Et malgré ce développement de 30 / 50

on monte à pied. Le GPS a décroché assez vite. + de 30%. Fin de la montée, tout de même sur le vélo.

Puis seconde descente. Seconde descente technique. Beaucoup plus technique. Beaucoup plus étroite. Et là, pas de risque.

La majeure partie de la descente se fera à pied.

La journée sera une sucession de montées et descentes. Lors de la dernière montée, sur la route, j'entends une voie. 

El Francés. Pablo Duvillard et Marca, équipe mixte nous rattrape et nous dépose. 

Pour la petite histoire, Pablo m'avait contacté pour que nous fassions la course ensemble. J'avais regardé Strava et j'avais vu qu'il

roulait beaucoup trop fort pour moi. Ils remporteront 5 étapes sur 7 et finiront 2 au général.

Traversée d'un rio sur un pont en bambou. 3 bambous attachés avec du raffia. Deux mains courantes....

Pas très rassuré. Ca balance pas mal. Mais ca passe.

Chemin dans des champs. Il fait une chaleur étouffante. Nous sommes redescendus à 1000m.

Début de crampes. Sur toutes les courses à étapes, j'ai toujours du mal sur les premières étapes. En général, cela ne dure pas. 

Arrivée dans un complexe avec hébergements, piscines, terrains de sport. La Rochela.

Nous y resterons deux nuits.

Première étape bouclée en 4h04. Classement 68.

Fb img 1566283881353

Les premiers la feront en 2h16.

Les derniers en 6h00 et 20 équipes seront déjà éliminées.

Puis routine.

Récupérer le sac. Douche. Collation. Massage. Diner aux alentours de 18h30. Briefing avec résultats du jour, photos, présentation de l'étape du lendemain.

Coucher 20h au plus tard.

Résumé étape ci-dessous:

https://www.facebook.com/laleyendadeldorado/videos/vl.2288597421454221/1297316490418375/?type=1

Lundi 29 Juillet

Etape 1 - La Rochela - La Rochela

El Café

65kms- 1954m+

Stage1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fb img 1564422278054

Réveil 5h.

Petit déjeuner. Riz, pancake de maïs...Ca se complique. Pas de chocolat au lait. Pas de pain. Pas de beurre.

Il faut pourtant déjeuner.

Départ 7h. Cela va crescendo sur cette course. 65kms aujourd'hui avec 2000m +

Le parcours est moins technique. Chemin du café.

1km sur la route. Puis grand chemin. Traversée d'haciendas. De champs de café. Ca monte, descend. 

Les paysages sont magnifiques. Vallonés. Des montées assez séches mais brèves. Un parcours casse patte.

Et les ennuis commencent. Mal au bide. Les jambes tournent bien mais c'est dur.

KM15. Premier ravitaillement. Il faut que je trouve des " banos" Mais rien à l'horizon. 

Je fais mes besoins sur le bord de la route. Le médecin de course me donne un médoc.

Il faut repartir. Descente. Virage à gauche. Je m'arrête pour vomir.

Paradoxalement, ça va mieux. La principale difficulté de la journée se fait sur un chemin assez large. 

Puis successions de tobbogans, sur des chemins boueux.

Etape bouclée en 5h00. Position 78.

Les derniers en 7h17. Deux autres équipes éliminées.

Les premiers en 2h53.

Tout le monde sera au petit soin avec moi ce soir. Médicaments, boisson locale donnée par les coureurs.

L'étape de demain s'annonce hyper compliquée. 104kms avec 3400m+ Et ce n'est pas l'étape Reine !

Résumé étape ci-dessous:

https://www.facebook.com/laleyendadeldorado/videos/883408318702818/

Mardi 30 Juillet

Etape 2 - La Rochela - Salamina

Rio

104kms - 3466m+

Stage2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les choses sérieuses commencent aujourd'hui. 104kms avec 3400m+

Cut off time: 11h.

J'espère avoir récupéré de la journée d'hier et ne pas être trop affaibli par mes problèmes gastriques.

Départ à 6h aujourd'hui. Depuis 5h30 les coureurs tournent sur le terrain de foot. 

J'ai été me faire masser ce matin. Petit réveil musculaire.

C'est parti pour une longue journée.

Kms 9. Nous abordons une descente. Nous allons traverser le Rio Cauca.

Descente sur la route. Les militaires sont postés tous les 50m. Main sur le fusil.

13895569 883445131760079 5306076625106405246 n

Idem pour la traversée du village. Du bidonville, devrais je dire. Pas très rassurant. Pas un endroit où je reviendrai.

Traversée du pont. Pas à l'aise non plus.

67310728 2563925313651765 2236316417928462336 n

Première montée assez raide. Il fait déjà chaud. Nous sommes dans les plantations de bananes.

Pas de béton ici. Mais des genres de tuiles disposées en quinconces. 4 tuiles horizontales et 4 tuiles verticales.

Assez compliqué de trouver sa trajectoire. Ravitaillement de fortune en haut de la première partie de la bosse. Verre d'eau et banane.

Puis on monte la fin du col sur une piste large. Descente sur la route. La, on lache les freins. 65km/h mais faire tout de même attention, toutes les routes ne sont

pas bloquées et nous croisons tout de même des camions.

Ravitaillement en bas.

Nous y sommes. Pied del Muro. C'est annoncé comme une boucherie. Et cela en est une.

Je rappelle que j'ai un 30. Je ne suis pas le seul. Deux bandes de béton de 50cm de chaque coté du chemin pour faire monter les camions.

Inutile de vous dire que les 2kms de montée se feront à pied. Nous essaierons bien de temps en temps de remonter sur les vélos. Pour quelques mètres.

L'enfer au milieu des cannes à sucre. Il fait une chaleur épouvantable.

68434843 2563925653651731 5900021751613489152 n

IL faudra, après El Muro, prendre encore 500M + avant d'arriver au sommet. Pan de Azucar. Nous y renviendrons jeudi.

Descente sur Aranzu et ravitaillement. Soupe sur la place du village. Il y a du monde pour nous voir.

C'est vraiment sympa. Je pense que tous les villages ont les consignes. Les écoliers sont sur le bord de la route avec les drapeaux de toutes 

les nationalités. Il sont là pour vous taper dans les mains. Bon les plus grands, sont présents pour vous mettre de bonnes beignes.

Vous vous faites avoir une fois, et après vous regardez les visages des enfants. Et là, parfois vous retirez votre main.

Donc des drapeaux, des banderoles pour nous remercier de visiter les villages. Des encouragements lorsqu 'ils arrivent à voir votre nom ou votre drapeau sur la plaque

ou le dossard.

500m d'ascension encore après le ravitaillement. Descente. Pas trop technique. Ca file et dernier ravitaillement avant la dernière montée.

7kms d'ascension. Sur la route. 7, 8% mais après 95kms de course. Il y en a marre. 

Et puis, nous ne sommes pas dupes. Nous avons vu tous vu les images de l'arrivée à Salamina. Village perchée en haut d'une montagne (pas totalement en haut d'ailleurs

mais cela on y reviendra jeudi)

Salamina. Village avec ses rues en pente. Style San Francisco. Il va falloir d'arracher dans les derniers mètres.

On rentre dans le village. Tout le monde est dehors. Animo.

Petite descente. Virage à gauche. A droite. Et dernière montée. Pas longue. 200m peut être. Mais c'est brutal. La tête dans le guidon pour éviter de cabrer. Tout à gauche.

Les gens courent à côté de vous. Une étape du Tour de France. 50m encore. Le virage à droite et c'est fini. 50m de plat.

C'est fait. 8h30  de vélo aujourd'hui et 3500m +.

Une belle journée.

Fb img 1564541493592

 

D8748d29 febe 40aa 98dc fb81972e29f6 jpeg

Etape bouclée en 8h30. Position 80. 

Les premiers en 4h49.

Résumé étape ci-dessous:

https://www.facebook.com/laleyendadeldorado/videos/428411007887015/

Mercredi 31 Juillet

Etape 3 - Salamina - Salamina

Circuit Salamina

33kms - 1242m+

Image 14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Etape de transition aujourd'hui.
Circuit de 34kms avec 1200m de dénivellés et des descentes techniques.
Départ à 7h ce matin. Nous devrions avoir un peu de temps pour visiter cet après midi.
Un petit tour dans les rues de Salamina. Sur les 2kms de boucle dans le village, petite ville,on doit prendre deux cent mètres ! Un mur en béton pour revenir au point de départ.

Tout passe sur le vélo, mais en guise d'échauffement il y a mieux.

Car ce matin, pour une étape courte, donc plus nerveuse, pas grand monde ne prenait le soin de s'échauffer. Nous étions assis sur le trottoir en attendant l'heure.

Descente sur un chemin assez large puis cela remonte. Nous avons répertoriés trois montées aujourd'hui et deux descentes techniques.
La montée est régulière. Sauf la fin, où quelques aficionados sont là pour nous encourager et nous pousser pour franchir l'ultime coup de cul.
Ravittaillement. Les écoliers sont de nouveau de sortie et scandent à notre passage notre pays. Carlos s'est arrêté et fait un tabac...A ces craquitos.
Première descente, large. Les fesses sur la roue arrière mais ça passe. Des enfants rentrent de l'école.
On se plaint de nos conditions mais quand je vois celles de ces enfants. Ils vont à l'école à pied, en uniforme, parcourent des Kms et je vous promets
par certains endroits, cela monte vraiment.
Seconde montée identique à la première. Par contre, la descente est beaucoup plus corsée. Abrupte, single. Grosse chute d'une fille devant moi. Grosse plaie au genou.
On va descendre une belle partie à pied.
On revient au niveau du Rio en on aperçoit en haut Salamina et ses murs blancs.
Il faut remonter. Il fait chaud. La montée est régulière. On se met à l'ombre. Comme les forces de l'ordre...
Par contre nous savons que les derniers metres seront assez dur. Nous les avons déjà vécus hier mais avec moins de fraicheur.
Fin de la montée. Petite descente pour rentrer dans le village, virage à gauche et c'est reparti pour les ultimes métres.
Tout à gauche. C'est passé hier. Pas de raison aujourd'hui. Domingo déraille et finit à pied. Je l'attends (pas longtemps car à pied, à peu près même vitesse que sur le vélo)

Les premiers bouclent l'étape en 1h34.

Nous, à la position 86 en 3h04.


Je pars à la mécanique déposer le vélo.
La mécanique et les massages sont dans un complexe scolaire. Et là, quelle surprise.
Des dizaines d'écoliers sont présents avec un petit carnet pour nous faire signer des autographes.
Pas souvent que je signe des autographes. Mais pour le sourire d'un enfant.
Signature avec le numéro de dossard (510-2) la firma et Muchas gracias. Que je traduis "en merci beaucoup"

Puis je demande le prénom et la, c'est la cohue.
Les enfants se donnent le mot. Il y a un français qui discute avec nous.
Je reste une heure à signer. Eleina me suit partout.
Je pars à la douche. Déjeuner. Petite sieste et je repars au massage. Eleina est encore là. Elle revient avec sa petite copine.
Ses copains viennent pour les signatures. J'y reste de nouveau une heure.


Petite visite de la ville l'après midi avec Domingo, Carlos et Israël. Une petite Poker et nous partons diner dans l'hotel de Carlos et Israël.
En Jeep. En passant, on prend un auto stoppeur qui reste derrière debout sur le pare choc. Arrivée à hauteur du stade, il saute....
C'est normal içi.
On arrive après une longue montée au resto (la montée il faudra se la cogner demain) Mais on ne se rend pas bien compte. Il fait nuit.
Re Poker pour le diner.
Descente en jeep. Je monte devant. Je suis assis sur siège.
Coucher 22H. On a veillé ce soir. Demain étape assez compliqué.

Mon fan club.

Img 20190801 wa0000

Résumé étape ci-dessous:

https://www.facebook.com/laleyendadeldorado/videos/1419107891581370/

 

Jeudi 01 Août

Salamina - Neira

Jungle Selva

76kms - 2508m+

Stage4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée a commencé de bonne heure pour moi.

3h30 - 5h sur les "banos"

J'ai le bide en vrac. Et cette étape est une vraie étape casse patte. 2508m de dénivelés positif tout de même.

En plus avec un tel mal au bide et à la veille de l'étape Reine.

Je vois le doc avant le départ. Médoc et produit miracle Colombien.

A vrai dire je ne me souviens pas bien de la première partie. Elle se passe sans encombre.

On revient sur Aranzazu. Petite descente. Grosse chute. Les secours sont présents. Le visage du coureur est tuméfié.

Il faut remonter vers Aranzazu. Il fait super chaud. Le maillot est déjà ouvert. 

Ravitaillement sur la grand place. Toujours autant de monde.

il faut repartir. Il reste encore 38kms.

Descente. Le mal au bide revient. Il faut que je m'arrête.

C'est l'enfer. Arrêt toutes les 5mn. Sur le bord du chemin.

Je demande à Domingo de partir. Nous ne franchirons la barrière horaire.

Je n'avance pas.

Domingo me calme. Tranquillo. Tu te mets dans ma roue.

Un vrai capitaine de route. Me demande toutes les 2mn, si le rythme est OK.

Me donne l'ordre de boire. Me dit de rouler de l'autre côté de la route, à l'ombre.

Carlos nous rattrape et me redonne du produit magique. Un vrai miracle.

Cela va mieux. Je peux terminer l'étape. Pas super fringuant mais encore présent.

Les premiers effectuent l'étape en 3h21.

Nous terminons en 6h54 à la position 98.

Doc. Direction l'ambulance après la douche. Deux poches pour la réhydratation.

Deux infirmières, céllibataires au top. C'est vrai que nous ne sommes pas à l'article de la mort.

On se marre bien pendant une heure. Domingo ramène les bières. On fait semblant de fermer les portes. On s'enferme dans 

l'ambulance. Les infirmières veulent faire des photos. Le doc avec le directeur de course reviennent voir ce qu'il se passe.

Car, c'est un peu le bordel dans l'ambulance et autour. Grosse ambiance.

Enfin, il faut partir. Transfert en bus vers Termales. Calicéo en plus grand. 1h30 de bus.

On arrive vers 17h. Prendre possession de la chambre. Grand luxe ce soir.

Il faut cela car demain c'est l'étape. Queen Stage.

Un grand merci à Domingo pour cette journée. Sans lui, je ne serai pas rentré aujourd(hui.

Un vrai capitaine de route.

2019 st4 133

Img 20190801 wa0045

Img 20190801 wa0046

Résumé étape ci-dessous:

https://www.facebook.com/laleyendadeldorado/videos/484078509090431/

 

Vendredi 02 Août

Termales Del Otono - Termales Del Otono

Volcan

106kms - 3465m+

Stage5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment résumer une telle journée, une telle étape en quelques lignes.

Départ 6h aujourd'hui. Réveil à 4h30. Comment ai je récupéré de l'étape de la veille ?

Comment va t-on supporter l'altitude ? Pas grand monde n'a du monter à 4750m +

35kms d'ascension. 6h pour passer la barrière horaire en haut du volcan. 12h pour terminer l'étape.

On va prendre en 35kms, 2400m+. Donc pas forcément de gros pourcentage. Mais tout de même 35kms d'ascension !

Départ sur la route. Très vite dans l'ambiance. 

On arrive sur un chemin caillouteux. Large. Bordé d'arbres. Avec des torrents. Il ne fait pas très chaud.

Manchettes ce matin, t-shirt technique, buff, gants longs. Veste thermique dans le sac avec bonnet et buff de rechange.

Carlos est parti. Je reste à portée de fusil de Domingo et Israël. Je n'essaye pas de les suivre. A mon rythme.

45mn de course. Si je fais demi tour, dans une heure je suis au lit et je profite des piscines toute la journée.

On se change les idées. Avant dernier jour de course.

Un oeil toute la journée sur le GPS. Calcul. Dans les temps pour la barrière. Juste mais cela passe.

Premier ravitaillement au bout de 10kms. Soupe. Israël et Domingo sont là. Ils repartent juste devant moi.

Aujourd'hui, c'est un peu chacun pour soi. Une équipe mais il y a une barrière horaire. On le sait quand on s'engage.

On repart sur une route. Petite route. Parsemée de trous. On surplombe une vallée sur la droite. Il doit y avoir l'hôtel en bas.

Je reviens sur Israël. Pas trop vite. Il reste 20kms. Domingo est parti.

On roule un long moment ensemble. Israël n'est pas très bien. Je ne fais pas le malin mais il me semble que je suis un peu mieux.

Et surtout, quand vous roulez avec quelqu'un qui semble moins bien que vous, vous retrouvez un peu de moral.

Mi-parcours. Nous sommes dans un grand cirque. On se dit qu'avec Israël que nous ne passerons pas la barrière.

Donc à quoi cela sert. On descend.

Mas non. Pas maintenant, il ne faut pas lacher. Il y a des personnes qui comptent sur toi.

Toujours le même dilemne entre l'ange gardien sur l'épaule droite qui t'encourage et le petit diable sur l'épaule gauche qui te dit: A quoi bon, ne t'emmerde pas. fais demi tour.

Je refais les calculs. Ca ne passera pas. Mais on continue. On avance. Poco à Poco. Mêtre par mêtre.

Nous devons être à trois heures de course. Il est en reste encore trois maximum pour franchir la barrière.

Un coup de pédale me fait avancer de 1,80m envirion avec le développement de 30 x 50.

Combien de coup de pédales à donner encore pour arriver en haut avant la barrière fatidique.

Ravitaillement sauvage. Virage sur la droite. Le soleil est revenu.

Petite descente. On reprend le brouillard. Petit virage à droite. On reprend un chemin. La montée est un plus abrupte. On arrive à un point de contrôle.

Il faut montrer le bracelet vert. La course a l'autorisation, pour une journée de passer sur le volcan. Privilège.

Deux Jeep partent de ce point de contrôle. Les filles sont emmitouflées dans des parkas. On les reverra un peu plus haut. Des journalistes qui font un reportage.

Le chemin devient sabloneux. Plus compliqué de rouler. Par contre, pour l'instant, pas trop géné par l'altitude. Juste à un moment, lorsque j'ai besoin de prendre un gel dans la poche arrière.

Récalcitrant, et compliqué pour l'ouvrir et l'ingurgiter. Toujours sur la vélo. Toujours un oeil sur le GPS. Les calculs. J'y suis. J'y suis pas.

Pédaler encore. 

On continue. Le décor change complétement. Lunaire. Fantastique. Je ne sais toujours pas si je finirai cette étape mais le fait d'arriver içi est déjà beau.

Mais pas le temps de réflechir. De faire des photos. Toujours cet objectif. La barrière. Et si par bonheur tu la franchis, c'est gagné.

Fb img 1564800726313

Fb img 1564800742044

Certains passages à pied. Trop de sable. Trop de pourcentage.

Vélo. Je ne regarde plus le GPS. On approche du sommet. On verra. Maintenant de toute façon, on va en haut.

Barrière ou pas. On passera le sommet.

La fin est à pied. Il faut pousser. Je rattrape Domingo. L'équipe est reformée.

Nous approchons du sommet. Un peu mal à la tête mais sinon ça va.

Des postes de secours sont présents tous les 500m.

On va le faire. On va atteindre le sommet et avant les 6h.

Dernier poste de secours. Le médecin de course. Ravitaillement.

Les visages sont fermés. On les sent inquiet.

Sommet. 5h34 pour passer la barrière.

4750m d'altitude. Le vertige quand on y pense. En haut du Mont Blanc en vélo !

Thé. Se couvrir. Descendre. Il nous reste un plus de 6h pour faire 71kms.

Je sais, sauf accident, que c'est gagné. Il reste des kms, des efforts. Mais on va le faire. On sera finisher.

On reste un long moment à 4000m. Tobbogans. Montées, descentes. Je pensais que cela serait plus facile.

Il commence à pleuvoir. La steppe. Une immensité. Domingo et moi dans cette immensité.

On s'arrête pour se ravitailler. Domingo titube. Il n'est pas bien.

Il me dira que c'est son jour le plus diffcile sur un vélo.

Tranquillo. Je ferai le capitaine de route.

Le rythme dans la montée. Il passera devant dans les descentes en cas de chute.

Il pleut. Il y a de la caillasse. Pas de tout repos. J'ai mal aux bras.

La descente est interminable. Israël nous rattrape et s'échappe.

80kms. Bas de la descente. Il reste 26kms.

Encore deux bosses. Tranquille. On va passer.

On imagine déjà l'arrivée. Il faut rester concentré.

On ne passe pas loin de Manizales. 

Chemin de montagne. Lègére montée.  Longue mais régulière.

Traversée d'un ruisseau. 

Virage à gauche. Traversée d'un pont. Les Kms défilent. Virage à droite.

Derniers kms sur la route. Je suis bien. Domingo me demande de ralentir. On va finir.

Fatigué mais nous pourrions pédaler encore pendant des heures.

Nous apercevons l'hôtel. Virage à droite. On rentre dans le parking de l'hôtel. Des spectateurs sont présents. Ca tape sur les barrières. Champion du monde.

Virage à gauche. Je ne me souviens pas des émotions.

J'ai juste les photos, et les vidéos. Le sourire, la banane.

L'accolade de Jordi (Quebici) du directeur de course, Le regard de Domingo. 

Vraiment fier de cette journée. Pas un exploit. Une belle journée. Première fois que nous montons à 4750m.

Vite, le téléphone. Il faut partager ce moment avec Isa. Strava. FB. Les commentaires qui font plaisir. Je ne sais pas quelle heure il est en France.

Finisher. Nous l'avons fait. Deux étapes de 100 bormes avec plus de 3400m+. Une ascension à 4750m.

Elle est particulière cette course. Une place vraiment à part.

2019 st5 168

Img 20190803 wa0000

Img 20190803 wa0001

Les premiers en 5h44.

Nous, en 78 en 10h40.

Résumé étape ci-dessous:

https://www.facebook.com/laleyendadeldorado/videos/1771390206230757/

 

Samedi 03 Août

Termales Del Otono - Manizales

El Dorado

24kms - 848m+

 

Stage6

 

Img 20190805 wa0007

Aujourd'hui, c'est nos Champs Elysées. 

Nous savons, sauf accident, que nous serons finisher de la Leyanda.

Départ à 9h ce matin. Grasse matinée.

C'est la fête. Photos avant le départ. Dernière fois que nous entendons l'hymne de La Leyanda.

24kms à faire en 4h.

Escorte des motards sur le premier km. Du monde sur la route. Nous sommes applaudis. 

Le Tour de France. Virage à gauche. Nous sommes sur un chemin le long d'un torrent. Je me crois à Cauterets.

Dernière grosse montée. Un point d'honneur à monter en vélo.

Prendre le temps ou faire l'étape ? On plie l'étape et poker...

La montée ne rend pas. De la caillasse. Domingo est derrière mais il me rattrapera dans la descente.

Ils ont quand même trouvé un joli coup de cul.

Descente rapide. Large, puis plus technique. Etroite. Mas ça passe. On arrive à Manizales.

Escaliers pour monter sur le pont. Traversée de la route à 4 voies. Escaliers et nous voila dans le parc.

Petite montée effectuée samedi dernier. Passage technique et premier passage sur la ligne d'arrivée. 

3 boucles. Parcours XC. Descente technique. Passage à pied. Gros coup de cul. Parcours de 3kms où tu peux te mettre minable.

C'est marrant mais au bout de 2 tours...C'est bon. Passage sur la ligne. Dernier tour. Il faut profiter. Dans quelques minutes c'est fini. 

Prendre le dernier verre d'eau à la volée. Petite montée. Descente technique. Premier passage à pied. Single. Fin de la montée à pied.

Descente. Virage à gauche à 90°. Marches. Ca passe. Virage à droite. Descente. Ca remonte. Première partie sur le vélo et puis il faut pousser.

Virage à droite. Replat. Prochain virage à gauche où il faudra s'arracher une dernière fois. Les puls sont à 170. Les spectateurs sont présents pour t'aider sur quelques mêtres.

Récupération sur une portion de plat. Descente. Encore 900m. Virage à droite. Montée séche. Virage à gauche. Single. Essayer de ne pas accorcher le guidon à l'arbre comme au dernier tour.

Passage à pied du tronc d'arbre. Virage à droite en montée. On est sur le champ. 500m. Domingo m'attend. Encore deux virages. Gauche, droite.

100m. Ligne d'arrivée. L'équipe franco espagnole Domingo - Eric termine la Leyanda.

Carlos et Israël nous attendent. Premières photos. Médaille de Finisher. Maxime aura une belle collection.

Photos devant le panneau Finisher. Tout se mélange. J'aimerai tant qu'Isa soit la. La famille. Maxime pour partager ce moment.

Les premiers en 1h16.

Nous, en 2h23. Position 82.

Au général, pour info, les premiers boucleront la Leyanda del Dorado en 22:05:04.

Nous passerons 18h de plus sur les vélos que les premiers.

40H37mn et 54sc. Position n°79.

97 équipes termineront.

Il en reste toujours encore quelques uns derrière nous. Pas beaucoup mais il en reste.

Mais l'essentiel est ailleurs.

Finisher. Une aventure extraordinaire. Des images, des souvenirs, des sourires, des amis pour la vie.

 

Img 20190804 wa0010

Résumé étape ci-dessous:

https://www.facebook.com/laleyendadeldorado/videos/665603080627768/

L'heure est au bilan, aux remerciements.

A Isa, qui m'a permis, une nouvelle fois de partir pour cette aventure. Qui supporte mes absences pour les entraînements, mon programme d'entraînement.

Cette aventure, je la prépare depuis 9 mois. Des heures d'entrainements et de sacrifices, de souffrance parfois. Presque tous les jours, des séances, 

Vélo, home trainer, ppg, course à pied...un jour de repos dans la semaine.

Merci à Antoine pour ses programmes d'entraînement. J'étais inquiet les dernières semaines. J'étais vraiment bien sur la Rioja au mois de mai.

Mais j'avais l'impression d'être moins bien sur juin et juillet. Et finalement, c'est super bien passé.

A Domingo. Mon partenaire. Un super capitaine de route. A très vite pour de nouvelles aventures.

Merci à papa. Je sais qu'il regarde même si il préférerait que j'en fasse un peu moins.

A Olive, même si il ne dit pas grand chose sur mes "conneries" A Sandra, qui se demande dans quelle famille de barjeots elle est tombée.

A toute la famille, aux amis, à la Team Tuche, à Flo.

Merci à tous pour vos encouragements, vos likes. Dans les moments difficiles, on s'y raccroche. Et ils sont nombreux sur de telles épreuves.

Merci à Maman, Mamie, Titi, Fred, Christophe et toutes ces étoiles qui nous accompagnent d'ailleurs. Elles sont toujours là.

Et  Maxime, qui me, qui nous tarde de voir. Maxime qui est avec Mamie boulet à chaque virage, chaque ascension.

20190816 121254

Enfin le retour de Colombie sera particulièrement douloureux pour Isa.

Elle nous a fait de grosses frayeurs. Des frayeurs qui nous obligent à réfléchir sur nos existences.

Elle passe des moments difficiles dans une chambre. Sa convalescence sera longue mais elle sortira plus forte et nous ferons encore plein de choses ensemble.

Dans quelques jours, nous nous fixerons un objectif pour 2020.

Des projets, encore des projets pour avancer.

20190804 103923

 

Ajouter un commentaire